L’environnement sur le parvis

Le parvis du Théâtre s’est transformé en laboratoire citoyen de l’environnement. Des associations environnementales se sont mobilisées pour animer des stands au fil de la journée : information, sensibilisation, échanges d’idées, ateliers pédagogiques et d’expression. Ce théâtre de la cité a donné du grain à moudre au moulin des consciences. Et permis de faire quelques pas vers une économie solidaire, sociale, écologique. Un temps de réflexion, invitant au changement citoyen.


– Et si nous placions notre épargne pour préserver les terres agricoles ?

Depuis 2003, le mouvement Terre de liens a mobilisé 10 000 citoyens pour la sauvegarde de 2 000 hectares de terres agricoles en bio. Il a permis l’acquisition d’une centaine de fermes, et l’installation de 150 agriculteurs dans la France entière. Socle de notre alimentation et de nos paysages, les terres agricoles sont un bien commun très précieux. Et si nos territoires ruraux faisaient éclore des fermes à taille humaine, biologiques, redevenaient nourriciers et vivants ?

Terre de liens, c’est aussi un outil d’épargne solidaire et d’investissement ouvert aux citoyens. A nous de placer notre épargne pour planter les graines d’un avenir responsable.

En chiffres :

visuel fermes

www.terredeliens.org


– Et si nous nous mobilisions pour les espèces menacées et le climat ?

Un pôle environnement a été animé par le mouvement européen Alternatiba, regroupant les associations Greenpeace, Surfrider et Terre propre.

www.greenpeace.org/france/fr/

www.terrepropre.com

www.surfrider.eu


– Et si nous prenions conscience de notre bien le plus précieux ?

Les photographies de René Ghiselli nous ont emmenés « Au fil de l’eau ».

L’eau en chiffres :

graph


– Et si nous entamions une transition citoyenne par petites touches ?

Rassembler celles et ceux qui préfèrent changer de système plutôt que de climat, tel est le sens du processus européen Alternatiba. Avec le collectif pour une transition citoyenne, ils publient un petit livre, Alternativez-vous ! qui donne envie de faire évoluer son quotidien. Des alternatives positives, ces mouvements n’en manquent pas.

couv-Alternativez-vous-Alternatiba

www.alternatiba.eu

www.transitioncitoyenne.org


– Et si nous mangions local ?

Egrainées sur toute la frange littorale, les trente AMAP des Alpes Maritimes forment un réseau de plus en plus solide. Producteurs du pays et habitants de la Côte se retrouvent chaque semaine pour la distribution des paniers de légumes et produits de terroir. Une solidarité économique, sociale et écologique s’élabore sur notre territoire. Pour se décider à manger local, bon et bio, il suffit de réserver son panier !

http://allianceprovence.org


– Et si nous prenions le temps de nous relier davantage ?

Cultivant le lien et la transmission entre parents et enfants, le café-cantine Falabrac Fabrik et l’association Grandissons ont créé sur le parvis un atelier de dessin. Des grappes d’enfants dessinaient ensemble une fresque éphémère. Le parvis s’est couvert de leur imaginaire.

http://grandissons.org

www.falabrac-fabrik.org

ITW VIDEO (Fichier son : 44)

« Nous créons un café poussette, bio, végétarien, qui rassemble les gens autour de la transmission. On propose un panier bio le mardi soir, on fait venir les agriculteurs de nos montagnes pour leur donner une place dans la ville. C’est ce rapport-là qu’on a envie transmettre à nos enfants. Si on leur apprend plein de choses, on se dit qu’on changera l’avenir », Sandra Rocher, créatrice de Bubulle Café.

Bubulle Café – 3 rue Benoît Bunico – Vieux Nice

www.falabrak-fabrik.org


« Quand on fait du mal à la nature, on se fait du mal à nous-mêmes. On lui prélève tout ce qu’elle a pour revendre sous une autre valeurs. C’est vraiment pas bien. Et en même temps, elle sera toujours là. Il faut arrêter de la polluer. Il y a des endroits où elle est vraiment polluée, à un point qu’on peut même pas imaginer. Il faut mettre que des choses biodégrables, bio, arrêter de mettre des insecticides dans ce qu’on mange, parce qu’à la fin on s’empoisonne nous-mêmes, la Terre et les animaux. », Joachim, 9 ans et demi, veut devenir scientifique

« Mon fils fait des cauchemars. Je lui explique que la Terre va s’en sortir. », Susan, la maman de Joachim.


– Et si nous découvrions le monde marin ?

Le Centre de Découverte du Monde marin a animé un stand pédagogique autour de la thématique marine. Les petits niçois ont pu redécouvrir ce milieu et apprendre des notions scientifiques de manière ludique !

www.cdmm.fr


L’art pour l’environnement

Théâtre, musique et danse ont également résonné à ciel ouvert, sur l’esplanade du Théâtre.

Anima mundi : à la recherche de l’âme du monde, le work in progress de Renato Giuliani et son cercle d’Eclaireurs s’est à nouveau immiscé dans le public.
Voir l’interview vidéo

Renato Giuliani - Anima Mundi ©Gaëlle Simon

– Ambiance musicale de Jean-Louis Ruf-Costanzo avec son étonnant mandoloncelle.

www.ruf-costanzo.com

Chant de la terre : un duo émouvant réunissant la danseuse Ophélie Longuet et le violoncelliste Raphaël Zweifel. Moment d’émotion sur les notes improvisées, qui trouvaient leur prolongement dans une chorégraphie contemporaine inspirée de sagesse soufie.

 

Sur le parvis, la buvette a concocté des menus végétariens, bio et délicieux.

« Notre directrice accorde une place importante au restaurant de son théâtre, comme lieu de convivialité, d’ouverture. La culture et la nourriture vont ensemble ! Elles nous font grandir ! », déclare Cécile Cohen, créatrice d’ambiances gustatives à la Falabrak Fabrik, le restaurant du TNN.

Photos © Gaëlle Simon

Articles liés