Les océans, les grands oubliés du climat

« Tara porte la voix des océans au cœur de la question du climat débattu lors de la COP 21 », Xavier Bougeard, chargé des actions éducatives chez Tara Expéditions

C’est un grand voyage à la Darwin qu’a entrepris le voilier d’expéditions scientifiques Tara : dix ans d’exploration de toutes les mers du globe. Porteur de la voix des océans, la goélette vient tout juste de rentrer des régions arctiques pour porter la voix des océans au cœur des négociations sur le climat. A la veille de l’ouverture de la COP 21, elle a dépêché un émissaire, Xavier Bougeard, qui est venu présenter le film documentaire de Christophe Cousin, Le climat, les hommes et la mer.

Le public niçois était au rendez-vous de ce voyage parmi les océans du monde, qui emmène découvrir les peuples de pêcheurs comme les scientifiques qui les arpentent. Ces sentinelles rencontrées au quatre coins du globe prennent le pouls du climat au quotidien, et constatent des changements importants.

oceangraphic

Un conte humaniste et écologique

« C’est de la fureur des volcans qu’est né le climat », rappelle Christophe Cousin dans son documentaire qui commence au premier matin du monde, et décrypte les fascinants rouages de la machine climatique. L’exploration commence entre l’Indonésie et les Philippines, où le réalisateur est allé à la rencontre des Badjaus Laut, l’un des derniers peuples nomades des mers. Ils vivent à fleur d’eau dans de frêles embarcations de pêche. Leur survie dépend de la mer et de ses caprices. A l’échelle d’une génération, les Badjaus Laut doivent faire face à des phénomènes inédits. La mer n’est plus ce livre ouvert.

Sous d’autres latitudes, au bord de l’Océan Arctique où une poignée d’hommes s’occupent de relever la météo, dans les eaux du Pacifique où l’on pêche le calamar géant, ou à bord de Tara, entre les glaces du Groenland, tous ces personnages du

bout du monde sont de précieux témoins des changements environnementaux. On comprend les menaces qu’il faut lever, les richesses que nous devons préserver, les liens infrangibles entre le ciel, les hommes et la mer.

Cette odyssée contemporaine racontée en 110 minutes est un très beau conte écologique et humaniste. Alarmiste, poétique, didactique, ce documentaire nous invite à une écoute fine des changements écologiques.

A METTRE A COTE DU TEASER du film « Le Climat, les Hommes et la Mer »
Un film de Christophe Cousin
Une coproduction Via Découvertes et Tara Expéditions avec la participation de France Télévisions à l’occasion de la COP21
Première diffusion le 27 novembre sur France 3 – Thalassa

Etudier et plaider pour les océans

Sur la scène du Théâtre, le biologiste Xavier Bougeard rappelle les deux grands fléaux qui devraient nous occuper les mille prochaines années : le réchauffement et l’acidification des océans, avec le lot de phénomènes climatiques qui en découlent. « La première urgence, c’est de connaître et faire connaître, d’amplifier l’effort sur la science pour aider les autres à agir et à trouver des solutions. La réponse doit être trouvée collectivement », résume le chargé des actions éducatives chez Tara Expéditions. « On est en crise, reconnaît Xavier Bougeard, mais on peut changer notre monde, et cela redonne espoir. » Avec ce bémol que nous sommes certainement au-delà d’une crise, qui implique l’idée de retour à un état initial. C’est sans compter l’inertie climatique. Les changements engagés depuis les décades de l’ère industrielle ont enclenché un processus climatique qu’il est possible de minimiser, mais pas d’arrêter. On mise d’autant plus sur Paris, pour tenter de pas dépasser le seuil critique des 2°C. Une utopie économique et écologique qui, nous l’espérons, conduira les Etats vers des négociations contraignantes.


 

prp

Où en sont les océans, ces grands modérateurs du climat ?

Grands modérateurs du réchauffement climatique, les océans sont pourtant les grands oubliés de la COP 21. Eux qui ont emmagasiné 93 % de l’excès de chaleur lié à l’augmentation de l’effet de serre. Les conséquences pèsent lourd : le réchauffement des océans eux-mêmes entraîne une série de réactions en chaîne, notamment la fonte de la calotte glaciaire arctique, et la montée du niveau des mers. L’énorme masse d’eau qui recouvre les deux tiers de la planète joue en outre un rôle déterminant puisqu’elle capture une part importante (28 % depuis 1750) des émissions de gaz carboniques dues aux activités humaines. Le prix à payer ? L’acidification de l’eau de mer. Combiné au réchauffement des masses d’eau globales, ce second fléau affecte déjà les écosystèmes marins.

www.oceans.taraexpeditions.org

Photo Tara Expeditions © A.Deniaud

Articles liés