Terre Noire, l’environnement en création au TNN

« Le mensonge est une solution chimique sursaturée : déposez une seule goutte de vérité et l’ensemble se cristallise tout entier autour d’elle, inéluctablement »
Vandana Shiva

14 Terre noire -TNN ©Jean-Claude Fraicher

Quelques semaines à peine après la fin du festival « Réveillons-nous ! », l’environnement reprenait du terrain au Théâtre National de Nice. Commande d’Irina Brook au dramaturge contemporain italien Stefano Massini (actuellement directeur du Piccolo Teatro de Milan), Terre Noire est la dernière création du TNN. Elle raconte l’histoire de Hagos, agriculteur de cannes à sucre qui voit son champs racheté par la multinationale Earth Corporation :

« Tout commence lorsqu’une voiture s’arrête au bord du champ de canne à sucre de Hagos. L’agent commercial d’Earth Corporation lui fait miroiter de l’argent, beaucoup d’argent. Son voisin a déjà capitulé : il exhibe une voiture flambant neuve devant son terrain qui donne cinq récoltes par an. Comme tous les paysans de la région, Hagos tombe dans le piège. Il rêve de récoltes miraculeuses. Mais la réalité s’avère tout autre : ses cannes à sucre se dessèchent, la terre de ses ancêtres est meurtrie par les produits chimiques et les dettes l’étranglent. Contraints à céder leur terre pour une bouchée de pain, le fermier et sa femme décident de faire appel à une jeune avocate déterminée, Odela Zaqira.

3 Terre noire -TNN ©Jean-Claude Fraicher

« Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. »
Le Dalaï Lama

15 Terre noire -TNN ©Jean-Claude Fraicher

La pièce nous embarque dans une bataille psychologique digne d’un thriller hollywoodien : celle d’une femme seule contre les multinationales impitoyables. En trente et un tableaux, Stefano Massini campe l’histoire réelle et terrible d’un couple de paysans sud-africains devenus le jouet de grandes firmes. Il construit l’intrigue avec brio, comme un puzzle sombre et subtil. Irina Brook s’empare de ces scènes intenses et morcelées pour reconstruire, à travers un théâtre d’actualité, l’image d’un monde en péril où l’humanité perd sa place face au pouvoir de l’argent. »

« Le travail de recherche, le vrai, ne se limite pas à débobiner une pelote dorée, sous le contrôle des multinationales. La science doit se tenir debout, sans la contrainte ni l’obsession d’être immédiatement rentable, veillant tel un guetteur sur l’écosystème et sur l’humanité ».
Gilles-Eric Séralini

12 Terre noire -TNN ©Jean-Claude Fraicher 1 Terre noire -TNN ©Jean-Claude Fraicher

Presse :

« La pièce est enlevée. Pas de temps mort, un rythme presque haletant scandé par une musique remarquable. […] Du théâtre pour se réveiller avant qu’il ne soit trop tard »
Pierre Barbancey, L’Humanité – 1/02/2016

« Irina Brook trouve ici des alliés de talent pour servir la noble cause qui est la sienne. Quand le théâtre se fait ainsi le miroir du monde et le gardien de l’humanisme, il est foncièrement fidèle à l’engagement politique auquel il se doit. » Catherine Robert, La Terrasse – 3/02/2016

Télécharger la revue de presse du spectacle


Terre Noire
Stefano Massini
traduit de l’italien par Pietro Pizzuti
mise en scène Irina Brook
avec Romane Bohringer, Hippolyte Girardot, Pitcho Womba Konga, Jeremias Nussbaum, Babetida Sadjo musiques Jean-Louis Ruf-Costanzo décor Noëlle Ginefrison Guillaume Pomares lumière Alexandre Toscani costumes Élisa Octo assistant à la mise en scène Simon Courtois production Théâtre National de Nice – CDN Nice Côte d’Azur

Photos © J-C Fraicher

Articles liés